Jean-Moulin : De l'arrestation à la prison de Montluc. 

Le 21 juin 1943, le chef de la résistance Jean Moulin est arrêté par la Gestapo à Caluire à côté de Lyon dans la maison du docteur Dugoujon, lors d’une réunion avec d’autres chefs de la résistance, notamment Raymond Aubrac, Henry Aubry, le Colonel Lacaze et René Hardy.
Jean Moulin fût ensuite incarcéré dans la prison militaire de Montluc réquisitionnée par l’armée allemande. Elle devient un lieu de transit pour les résistants, juifs et otages arrêtés ou livrés aux Allemands avant leur déportation vers des camps nazis. Cette prison initialement prévue pour 120 personnes comptabilisera plus de 800 détenus pendant l’occupation allemande. Les conditions sont alors inhumaines et parfois 8 détenus seront enfermés dans des cellules de 4 m2.
Jean Moulin sera déporté vers Berlin et décèdera le 8 juillet à Metz dans le train suite aux tortures qu’il aura subit lors des interrogatoires au siège de la Gestapo de Lyon sous le commandement de Klaus Barbie, surnommé le « boucher de Lyon ».
Après la guerre, cette prison devient un centre d’internement pour les collaborateurs et criminels de guerre Allemands et Français.
C’est ensuite à nouveau une prison militaire notamment lors de la guerre d’Algérie avant d’être cédée à la justice civile. En 1983, Klaus Barbie y est enfermé dans l’attente de son procès avant d’être transféré dans une prison de Lyon plus sécurisée. Après 1997 et jusqu’en février 2009 ce site devient une prison pour femmes.
Aujourd’hui la prison de Montluc est  un mémorial ouvert au public.