Une réserve sur la défensive.

20 & 21 février 2016 :  Ils sont artisans, magasiniers, ingénieurs, informaticiens etc. ils sont civils mais avec cette particularité d’avoir également signé un engagement pour servir l’armée en tant que réservistes. “ Depuis les évènements et les menaces terroristes, de plus en plus de jeunes veulent s’investir, mais il est important pour nous de déceler s’il s’agit d’un réel engagement qui peut s’inscrire dans le temps.” souligne un officier de réserve. A partir du moment où ils endossent la tenue militaire, ils sont soumis aux mêmes règles et codes que leurs collègues de l’armée active. Ils doivent donner au minimum 5 jours de leur temps mais en moyenne c’est 25 jours par an. Dans ce reportage, ces volontaires ont passé leur week-end pour effectuer un exercice en montagne. Samedi à 6 heures du matin, après le rassemblement au quartier du 27ème bataillon de chasseurs alpins, ils ont embarqué dans les camions pour rejoindre le plateau des Glières. Cette opération, nommée AJAX avait pour but d’effectuer un bouclage de zone pour atteindre une combe sur le plateau des Glières. Une fois sur zone, ils ont effectué des tirs à balles réelles de jour et de nuit. Ces entraînements sont indispensables pour assurer les missions de protection de territoire (Vigipirate, Sentinelles) sur les lesquelles ils sont sollicités. Ils doivent savoir manier les armes pour être opérationnels en cas de légitime défense ou encore lors de Techniques d’Interventions Opérationnelles Rapprochées (TIOR). Ces unités de réserve comme ici cette 5ème compagnie de Chasseurs Alpins sont des hommes et des femmes sur lesquels l’armée active peut s’appuyer. Ils sont d’ailleurs souvent sollicités et vont probablement l’être de plus en plus comme l’a d’ailleurs précisé un officier lors du débriefing des troupes.